Vélo
Partager

Lettre ouverte à Philippe Saurel et Mustapha Majdoul

Cher Philippe Saurel, cher Mustapha Majdoul,

Depuis 1995 pour l’un, depuis 2001 pour l’autre, vous êtes élus à la mairie de Montpellier.
24 ans de mandat municipal pour l’un, 18 ans pour l’autre. Tous deux adjoints de Georges Frêche.
Pour certains, c’est une vie ; pour vous, seulement l’exercice du pouvoir.

Qu’avez-vous fait depuis tant d’années pour le vélo à Montpellier ?

La réponse est malheureusement cruelle, comme les chiffres l’attestent : RIEN.
Vous n’avez RIEN fait. Si ce n’est produire des promesses, ou des documents de papier. Sans lendemain !

Votre inaction est coupable, et vous rend responsable du retard colossal que Montpellier a accumulé, depuis 20 ans, en matière d’aménagements cyclables.

Il suffit de prendre connaissance du dernier baromètre des villes cyclables ( https://frama.link/VeloMontpellier ) mis à jour par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) pour constater que Montpellier se classe au piteux 9ème rang, sur 11. Tout juste devant Nice et Marseille. C’est dire…

Quel gâchis. Quelle désinvolture envers ses habitants.

Alors que Montpellier a vu sa population tripler depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qu’elle bénéficie d’un des climats les plus ensoleillés de l’Hexagone, qu’elle compte des milliers d’habitants, de tous âges et de toutes conditions, qui aspirent à faire du vélo en ville au quotidien – vous n’avez pas investi dans des infrastructures pour le développement du vélo.
Pourtant, le vélo, est bon pour la santé, le portefeuille et la planète. Mais évidemment, faute d’aménagements cyclables sécurisés, beaucoup y renoncent.

Votre inaction vous rend d’autant plus coupable que vous aviez les moyens d’être ambitieux : entre 2001 et 2008, Mustapha Majdoul, vous avez été, 7 années durant, adjoint au maire en charge des pistes cyclables. La même délégation dont vous avez la charge aujourd’hui dans l’équipe de Philippe Saurel. Vous aviez le pouvoir de mettre en place une véritable politique cyclable. Vous n’en avez rien fait.

Tout juste avez-vous trouvé le temps, au bout de 6 ans de mandat, de faire établir, en 2007, un schéma directeur vélo pour Montpellier.
Un énième rapport d’étude où figure, noir sur blanc, tout ce qu’il faudrait faire et que vous n’avez pas fait. Ni avant, ni après.

L’avenue de Toulouse : pas fait
L’avenue de la Justice de Castelnau : pas fait
La Voie Domitienne : pas fait
La rue Triolet : pas fait
L’avenue du Pic Saint-Loup : pas fait
L’avenue de Palavas : pas fait
Le chemin de Moularès : pas fait
La Route de Lavérune : pas fait
La Boulevard de Strasbourg : pas fait
La rue du Grand Saint-Jean : pas fait
La rue Saint-Louis : pas fait
Les rues Doria et Gerhardt : pas fait
Et la liste est interminable.

De 2001 à 2007 : 6 ans pour établir un rapport ! Et 12 ans plus tard, toujours aucune réalisation !

Mieux, en 2018, Philippe Saurel, vous avez décidé d’adopter un nouveau rapport : le schéma directeur des mobilités actives. Les termes changent, le constat reste le même.
Ce qui était à faire n’a pas été fait et reste à faire. CQFD.
Rien d’étonnant à cela puisque depuis 2014, vous avez décidé, Philippe Saurel, de supprimer purement et simplement tout budget vélo. Zéro euro pendant 6 ans !
Zéro euro pour le vélo pour mieux financer vos grands projets inutiles et destructeurs : les rocades autoroutières, la gare fantôme de la Mogère, le nouveau stade de football, la quartier Cambacérès coincé entre deux autoroutes …

20 ans de perdus pour le vélo à Montpellier !
20 ans de perdus pour l’écologie !

Changeons de braquet. Place à l’écologie en vrai.

Pour nous, les choix sont évidents.
Maire de Montpellier, 100% des investissements pour la mobilité iront à des solutions écologiques. A commencer par la marche et le vélo.
Maire de Montpellier, j’assumerai le choix de réduire la place de la voiture dans l’espace urbain pour donner de la place aux piétons et aux vélos.
Maire de Montpellier, je ferai de Montpellier une ville à la circulation apaisée, une ville 30 km/h, comme l’a démontré Grenoble, où les enfants peuvent se déplacer en sécurité. Où les riverains peuvent vivre sans suffoquer.
Maire de Montpellier, j’aurai le courage d’agir pour nos citoyen-ne-s, pour leur épanouissement quotidien. Pour que le vivre ensemble ne soit plus un vain mot, ici, à Montpellier.

Vivement la suite. Vivement 2020.